Social ET environnement

En rédigeant le compte rendu de la soirée de lancement de la deuxième saison des artisans du changement je me suis rendu compte que bien que cette série soit consacrée à l’entrepreneuriat social, les intervenants avaient largement placé la soirée sous le thème du développement durable.

Un peu plus tard, en lisant le programme du festival bobines sociales, j’ai pu constater que la plupart des films présentés auraient leur place dans un festival sur la protection de l’environnement.

Ces deux exemples montrent bien que l’on prend de plus en plus conscience que les problèmes sociaux et environnementaux sont étroitement liés et quasi indissociables :

  • on ne peut protéger l’environnement que si l’on fournit aux populations des moyens de vivre sans piller la nature
  • à l’inverse, dans une planète surexploitée le mythe de la croissance illimitée n’est pas viable et on ne peut fournir des moyens de vivre convenablement au plus grand nombre qu’en modifiant la répartition des richesses pour préserver l’environnement.

En schématisant, et en définissant le fait d’être “de gauche” comme celui de placer l’équité sociale au tout premier plan, je pense qu’il ne devrait plus être possible d’être de gauche sans être écologiste ni d’être écologiste sans être de gauche…

Share and Enjoy:
  • Identi.ca
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Twitter
  • Add to favorites