Entreprise 2.0, serions nous déjà demain?

J’ai déjeuné aujourd’hui avec Christian Fauré qui fait partie des membres fondateurs de notre planète XMLfr et que je ne connaissais encore que par Internet interposé.

Christian est responsable d’une cellule SaaS (Software As A Service) chez Atos-Origin, une situation idéale pour observer l’impact du Web 2.0 dans les grands groupes.

Il affirme que le bouleversement que j’avais prévu il y a bientôt deux ans dans mon billet Web 2.0 et entreprises 1.0 est en de se produire même si ce n’est pas pour les raisons que j’évoquais.

Ce n’est tant par le biais des usages que cette révolution a commencé que par celui de réduction de coûts. Et cette réduction de coûts qui était le deuxième facteur que j’envisageais dans mon billet ne porte pas tant sur l’utilisation de logiciels libres ou de méthodes agiles que sur l’externalisation de logiciels sous forme de services.

Quel est le lien entre SaaS et Web 2.0?

Ce lien est multiple et porte sur les trois volets du Web 2.0 tels que je les ai décrits :

  • c’est le volet social du Web 2.0 et la convivialité retrouvée sur le Web qui rend acceptable l’externalisation sous forme de services de logiciels à forte interaction avec les utilisateurs tels que les suites bureautiques;
  • le concept de SaaS est indissociable du volet architectural du Web 2.0 qui consiste à considérer le Web comme une plateforme;
  • SaaS s’appuie sur le volet technique du Web 2.0 (XML, HTTP, REST, Ajax, …).

De plus, c’est l’expérience acquise en développant leurs applications Web 2.0 grand public qui donne leur crédibilité aux Google et autres Amazon qui sont aujourd’hui les acteurs incontournables de la lame de fond SaaS.

Si cette analyse se confirme, et je ne vois rien qui puisse l’infirmer, nous sommes à la veille d’une véritable industrialisation de l’informatique qui va profondément bouleverser les services informatiques des entreprises.

Il n’y a rien de très nouveau dans ce que j’expose ici, mais je ne pensais pas que cela se produirait aussi rapidement et que des grands groupes étaient en train de franchir le pas aujourd’hui même.

Share and Enjoy:
  • Identi.ca
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Twitter
  • Add to favorites

Web 2.0 et entreprises 1.0

Dare Obasanjo et Uche Ogbuji ont publié trois billets web ([dare], [uche1], [uche2]) qui illustrent bien le décalage entre l’informatique d’entreprise et l’informatique du Web.

Ce phénomène n’est pas nouveau et dans les années 90 on retrouvait le même décalage entre l’informatique “sérieuse” prônée par la plupart des DSI et les développements client/serveur que nous préconisions (je travaillais alors chez Sybase) et qui étaient souvent pris en charge par d’autres équipes (parfois les utilisateurs eux-mêmes).

Les DSI ont fini par s’y mettre mais les progrès récents du Web dit 2.0, sont tels qu’il y a peu d’intérêt (en dehors que quelques niches applicatives peu communes) à développer aujourd’hui autre chose que des applications Web.

Les implications sont plus profondes qu’il n’y parait.

Au plan technique, et c’est l’objet des billets que je cite, quelle justification peut-il y avoir à utiliser d’autres technologies que celles qui font le succès de monstres tels que Google, Yahoo ou Amazon?

Comment justifier la complexité et le coût des architectures qui caractérisent l’informatique d’entreprise pour développer des applications Web dont les contraintes techniques seront dans la grande majorité des cas nettement plus faibles que celles de ces monstres?

Les entreprises devraient au contraire plébisciter les architectures à base de logiciels Open Source et de langages de script utilisés par les grands sites Web!

Mais c’est peut-être au niveau des utilisations que les gains les plus importants peuvent être réalisés.

Le volet dit “social” du Web 2.0 parvient à rendre le web collaboratif et à transformer ses utilisateurs en acteurs.

N’est-ce pas un enjeu majeur dans les entreprises?

Beaucoup d’entreprises butent sur le manque d’adhésion des utilisateurs en cherchant à mettre en place de coûteux systèmes de gestion des connaissances.

Le Web 2.0 réussi au contraire à faire participer ses utilisateurs, que ce soit pour écrire des documents (Wikipédia), classifier des ressources (del.icio.us et dmoz), partager des photos (Flickr), informer (digg et wikinews), se faire connaître (blogs), constituer des réseaux sociaux (linkedIn, Viaduc, 6nergies, …), fournir du support technique (newsgroups, forums et listes de discussions), développer des logiciels de manière distribuée (SourceForge, Savannah, …), échanger des services intellectuels (Amazon Mechanical Turk, Google Answers, Yahoo! Answers), …

L’utilisation des applications Web 2.0 en entreprise démarre tout juste, essentiellement grâce aux Wikis qui commencent à gagner leurs lettres de noblesse.

Les entreprises ont pourtant tout à gagner à appliquer en interne les recettes qui marchent si bien sur le Web!

Les possibilités sont illimitées et l’entreprise 2.0 utilisera sans doute un Wikipédia interne pour éditer sa documentation, un clone de del.icio.us pour classifier ses ressources internes et externes, un simili LinkedIn pour gérer les relations entre ses employés, un dérivé d’Amazon Mechanical Turk pour canaliser les questions internes ou externes qui lui sont posées, …

C’est un sujet qui me tient à coeur. Contactez moi si vous souhaitez en discuter pour voir comment tout cela pourrait s’appliquer à votre entreprise.

Share and Enjoy:
  • Identi.ca
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Twitter
  • Add to favorites