Traduction automatique et survie des dinosaures

En 1998, j’étais responsable du support européen de deuxième niveau chez Sybase, pas peu fier d’être partenaire officiel de la coupe du monde. Compte tenu de la visibilité de l’évènement, nous étions tous sur le pied de guerre et d’astreinte 24h/24 et 7j/7.

Pour détendre l’atmosphère, j’avais eu l’idée bizarre de faire traduire la page d’accueil du site Sybase.com par le moteur de recherche qui dominait le marché, AltaVista qui n’avait pas encore son nom de domaine!

Je n’ai pas réussi à retrouver le texte d’origine sur web.archive.org mais je me souviens de notre hilarité devant une traduction dans laquelle des millions de ventilateurs (fans) se pressaient pour aller voir les allumettes (matches) de la tasse du monde (world cup).

Huit ans après, en cette nouvelle période de tasse du monde et alors que les ventilateurs se déchaînent à nouveau pour voir les allumettes, j’ai eu l’idée de m’assurer des progrès accomplis par les moteurs de traduction automatique en leur demandant de traduire la phrase “Millions of fans follow each match of the World cup”.

Chez Altavista / Babel Fish, les ventilateurs se passionnent toujours pour les allumettes de la tasse du monde : “Les millions de ventilateurs suivent chaque allumette de la tasse du monde”.

Google nous épargne les allumettes mais ne fait pas beaucoup mieux pour le reste : “Les millions de ventilateurs suivent chaque match de la tasse du monde”.

Ces essais ont de quoi entamer la belle assurance avec laquelle j’affirme volontiers que les technologies d’analyse du langage naturel font de gros progrès!

Souvenez-vous, en 98 on parlait à peine de Linux, nos ordinateurs tournaient sous Windows 95, on explorait le Web 0.9 avec Nestape 4 ou IE 4 et on commençait à trembler à cause du bug de l’an 2000…

Les seuls dinosaures du vingtième siècle à avoir résisté à tout ces bouleversements seraient-ils les logiciels de traduction automatique?

Share and Enjoy:
  • Identi.ca
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Twitter
  • Add to favorites

3 thoughts on “Traduction automatique et survie des dinosaures”

  1. Erik,

    Tu as sans doute raison, le problème étant que Google nous a donné l’habitude d’être
    “state of the art” :) …

    Depuis que tu as publié ce commentaire, j’ai cherché d’autres traducteurs automatiques
    sur le Web.

    La plupart sont pires ou équivalent à ce que propose Google mais http://translation.paralink.com/ propose
    la traduction suivante : “Les millions de fans suivent chaque match de la Coupe du
    Monde” ce qui n’est pas mal du tout.

    C’est même tellement bien que je me demande pourquoi il traduit l’absence d’article en
    anglais par un article défini en français!

    En tout cas, c’est la preuve que Google n’est pas “state of the art” dans ce domaine et
    qu’il existe des traducteurs automatiques qui font nettement mieux.

  2. Eric, c’est une bonne question. Je suspecte depuis longtemps que Babelfish n’a tout simplement pas ete maintenu depuis des annees. Quand a Google, c’est mieux, mais la question importante serait de savoir si le “state of the art” des methodes statistiques de traduction automatique est implemente par Google. J’espere que la reponse est non pour l’instant, car d’apres des gens comme Kurzweil (http://www.kurzweilai.net/) on aurait fait de gros progres depuis des annees dans ce domaine.

    -Erik

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Enter your OpenID as your website to log and skip name and email validation and moderation!